dernière mise à jour ¬ 10/05/19 | vendredi 10 mai 2019 | je m'abonne | sommaires

Pays-Bas : la jeunesse se rebelle contre la culture prostitutionnelle

avril 2019, par Claudine Legardinier

L’initiative est sans précédent aux Pays-Bas ! 42.000 jeunes hollandais.e.s ont signé en 2019 une pétition demandant que leur pays adopte le modèle nordique et français en matière de prostitution. Près de vingt ans après la loi qui entendait faire de la prostitution un métier comme un autre, ils et elles exigent que les clients prostitueurs soient pénalisés. Une initiative qui contrarie les adeptes de la prétendue « liberté » de se prostituer mais qui devrait permettre l’ouverture d’un débat au Parlement.

Selon la BBC , la campagne intitulée "I am priceless" (je n’ai pas de prix) fait du bruit sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, des jeunes brandissent des panneaux portant des messages tels que « Et si c’était votre sœur ? » ou « La prostitution est à la fois la cause et la conséquence de l’inégalité ».

Interrogée par la BBC, une des personnes à l’origine de la pétition estime que son pays, où la demande est forte pour du sexe pas cher, est attractif pour les trafiquants. Pour elle, la normalisation de la prostitution, telle qu’elle est pratiquée aux Pays-Bas, envoie aux femmes l’idée qu’elle est un moyen comme un autre de gagner de l’argent alors qu’elles ont besoin d’avoir d’autres options et de développer d’autres compétences.

Dans un pays qui se plaît à penser que les femmes sont prostituées parce que tel est leur choix et qui tire des profits substantiels de ce « commerce », cette pétition dérange. Ses adversaires ont déjà récité les éternels arguments, bien connus en France, sur la dangerosité pour les personnes prostituées d’une loi qui pénaliserait les « clients » alors que les pétitionnaires demandent bien qu’elles soient, elles, à l’abri des poursuites comme l’exige le modèle nordique et français.

En réponse, un porte parole du ministère néerlandais de la justice a déclaré que le gouvernement prendrait des mesures contre la traite et qu’il dégagerait des fonds pour aider les femmes qui le souhaitent à quitter la prostitution. Un débat à ce sujet devrait avoir lieu au Parlement courant 2019 dans la mesure où, aux Pays-Bas, une pétition atteignant 40.000 signatures entraine son ajout à l’ordre du jour de la chambre basse.


© 1996-2019 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact