dernière mise à jour ¬ 13/09/19 | vendredi 13 septembre 2019 | je m'abonne | sommaires

  • Survivantes contre le silence

    par Claudine Legardinier
    Après des siècles de parole muselée, l’émergence des
« survivantes », ces dernières années, a apporté un poids décisif aux organisations abolitionnistes qu’elles sont venues rejoindre. Face aux représentantes du « travail du sexe », les survivantes de la prostitution entendent avec la force de leur expérience peser sur l’opinion mais aussi sur les choix (...)
  • "Ecrire pour faire éclater le silence"

    par Claudine Legardinier
    Dossier spécial "Les survivantes de la prostitution" La semaine prochaine, nous publierons ici le dossier de notre revue n°196 consacré aux "Survivantes", ces femmes qui, ayant pu sortir de la prostitution, décident de s’engager dans l’abolitionnisme pour résister au silence et mettre fin à la violence prostitutionnelle. A cette occasion, nous avons (...)
  • Education à la sexualité : un changement d’échelle est nécessaire

    par Sandrine Goldschmidt
    La loi du 13 avril prévoit d’inscrire la prévention dans les programmes scolaires, notamment via l’éducation à la non marchandisation de la personne. Les parlementaires avaient par ailleurs recommandé que le gouvernement fasse des campagnes de sensibilisation, nécessaires pour que la loi soit connue. Le moins que l’on puisse dire, c’est que sur ce (...)
  • Lutte contre le proxénétisme : (presque) tout reste à faire

    par Claudine Legardinier
    En France, la lutte contre le proxénétisme a toujours été une réalité. Mais la loi du 13 avril créait l’obligation pour les fournisseurs d’accès à Internet, d’informer les autorités de tout contenu violant la loi sur le proxénétisme qui leur est signalé et de rendre publics les moyens qu’ils consacrent à la lutte contre les activités illicites. A l’heure où (...)
  • Des parcours de sortie qui commencent, un changement de regard amorcé

    par Sandrine Goldschmidt
    C’était un des objectifs majeurs de la loi. Nous le répétions sans cesse : renverser la charge pénale qui pesait jusque là sur la personne prostituée en incriminant l’acheteur, cela devait changer le regard stigmatisant que porte la société sur celles qui, en réalité, sont des victimes de violences. Seulement 2 ans après, on peut dire que ce changement (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30


© 1996-2019 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact