dernière mise à jour ¬ 20/07/17 | jeudi 20 juillet 2017 | je m'abonne | sommaires

Équipe de France : un scandale, et après ?

avril 2010, par Claudine Legardinier

Quelle « révélation » ! Voilà les médias et la société tout entière aux cent coups ! Des joueurs de l’équipe de France de football passent leurs nuits dans des clubs huppés des Champs-Elysées où ils se livreraient à des négociations sexuelles avec de jeunes femmes rémunérées et pas toujours majeures. D’habitude, le silence est d’or. Hélas pour nos héros du ballon, l’affaire s’est cette fois ébruitée.

Au moins trois joueurs de l’équipe de France de football, au nombre desquels Franck Ribéry, Sidney Govou et Karim Benzema, figureraient parmi les « clients » du réseau de prostitution qui vient d’être démantelé dans un cabaret oriental parisien et notamment parmi ceux de Zahia, mineure au moment des faits.

En France, le fait de solliciter des relations sexuelles auprès d’un-e mineur-e prostitué-e est passible de trois ans de prison et de 45 000 euros d’amende. Mais la loi est rarement appliquée. Pris sur le fait, les « clients » jouent systématiquement la surprise. Mineure ? Ils l’ignoraient bien sûr ! On peut être une star du foot et ne pas être capable de reconnaître une gamine de 16 ou 17 ans. On peut surtout s’en moquer éperdument, ce qui est plus probable, sûr que l’on est de son bon droit de collectionner, contre un billet, des femmes au même titre que des Rolex ou des voitures de courses.

Volant au secours de ses protégés, le président de la Fédération Française de Football a parlé de « dérapage ». Tout comme on est incapable de reconnaître une jeune fille mineure, on ne fait évidemment que connaître un moment d’égarement dans une vie rangée. Qu’importe la réalité, l’hypocrisie ambiante devrait suffire à enterrer bien vite l’affaire en évitant de mettre les pieds dans le plat pour dénoncer ce que tout le monde sait : à savoir que ces pratiques d’exploitation sexuelle payante des femmes, jeunes, très jeunes, font partie du quotidien de beaucoup de nos people, qu’ils appartiennent au monde du sport, du show biz ou des affaires.

La vraie question qui dérange, c’est l’ombre que cette affaire pourrait porter à nos joueurs à deux mois du Mondial. Pour le reste, tout va très vite retomber dans l’oubli. Tant pis pour ces gamines enferrées dans la prostitution à 17 ans, persuadées de parvenir au firmament du fric et de la gloire, comme le leur susurre à l’infini le cynisme ambiant, quotidiennement relayé par les médias.
Tant pis pour la question de fond, jamais abordée : les dimensions réelles de ce « marché » prostitutionnel, quel que soit son versant, chic ou sordide. Et pour celle qui en est inséparable : jusqu’à quand restera incontestée cette concession au « droit » à l’exploitation sexuelle et à la violence qu’est la prostitution ?

À lire, à écouter

Sur le site Les nouvelles news
Quand je serai grande, je serai Zahia D.

et sur le même sujet, la chronique de Stéphane Guillon du 3 mai 2010.

Sur le site du Monolecte : Des putains et des hommes.

Sur ce site Lettre ouverte à Alain Souchon.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut