dernière mise à jour ¬ 17/11/17 | vendredi 17 novembre 2017 | je m'abonne | sommaires

Billet d’un danseur mondain

Le bal des faux-culs

janvier 2008, par Patrick Théret

Madame Agnès, une ancienne prostituée poursuivie pour avoir organisé des soirées pour des clients aisés, a été condamnée début novembre 2007 par le tribunal correctionnel de Bordeaux à douze mois de prison dont deux ferme, et 60000€ d’amende.

Cette information a été reprise dans toute la presse. Mais le fait remarquable de ce procès vient de la façon dont les magistrats ont ménagé les clients de "Madame Agnès" et des jeunes femmes qu’elle exploitait.

En effet, on apprend en lisant le compte-rendu d’audiences que participaient aux soirées organisées par cette animatrice des nuits girondines des notables, des médecins, des chefs d’entreprise et des footballeurs professionnels des Girondins de Bordeaux...

"Madame Agnès" et les femmes qu’elle "présentait" à ses clients ont été jetées en pâture à la presse et à l’opinion publique.
Mais, le président du tribunal avait annoncé en début de procès qu’il ne divulguerait aucune identité de la trentaine de notables bordelais interrogés pendant l’instruction...

Ben voyons ... Faudrait quand même pas salir la réputation de ces braves personnalités qui ont tant travaillé pour arriver au sommet de la pyramide sociale, et qui ont bien mérité quelques instants tarifés avec des prostituées.

S’il fallait un argument supplémentaire pour la pénalisation de l’achat de prestations sexuelles, l’hypocrisie flagrante de l’affaire de Bordeaux en est un beau, et de taille !

Le temps des ballets roses est peut-être révolu, mais au bal des faux-culs y a du monde, au palais de justice de Bordeaux.

P.-S.

Publié dans (Prostitution et Société}, Numéro 157 / avril - juin 2007.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut