dernière mise à jour ¬ 15/10/18 | lundi 15 octobre 2018 | je m'abonne | sommaires

La société vous estampille, elle en fait un statut.

Simone de Beauvoir

septembre 2018, par Christine Laouénan

La prostitution constitue et a toujours constitué un thème privilégié de la littérature.
Aussi, nous a-t-il paru important de mettre en lumière la façon dont elle est dépeinte par les romanciers.
Dans cette rubrique, les citations littéraires sont mises en parallèle avec les témoignages actuels des personnes prostituées, comme des clients.
Une mise en perspective riche d’enseignements…

Mais la société ne peut se passer de spéculateurs financiers ni d’amour libre.

Le deuxième sexe, Simone de Beauvoir, Gallimard, Paris, 1949, p.16.

Dans cet essai féministe paru après la seconde Guerre Mondiale, Simone de Beauvoir parle de la situation des prostituées dans la société :

On a rapproché justement leur situation de celle des Juifs auxquels elles étaient souvent assimilées : l’usure, le trafic d’argent sont interdits par l’Église comme exactement l’acte sexuel extra-conjugal ; mais la société ne peut se passer de spéculateurs financiers ni d’amour libre ; ces fonctions sont donc dévolues à des castes maudites : on les parque dans des ghettos ou dans des quartiers réservés.

Note de la rédaction : dans ce terme d’"amour libre", la philosophe mêle à la fois la sexualité hors mariage et la prostitution.

Mais la société vous estampille. Elle en fait un statut.

La prostitution, ce n’est pas un métier, c’est une situation. Mais la société vous estampille. Elle en fait un statut. Pire, les prostituées, comme les esclaves, vivent avec tout un historique de violence, de mépris et d’ostracisme. Comme les esclaves, elles sont marquées. Elle nous a marquées d’infamie, une fois pour toutes.

Sonia, Prostitution et société, n° 180.

Pour que ça change, il faut que la société accepte de voir que ça existe.

Pour que ça change, il faut que la société accepte de voir que ça existe. Ce qu’il faut, c’est crier haut et fort qu’on ne choisit pas. Que ce qui se passe là-dedans, c’est violent.

Fiona, Prostitution et société, n° 162.

[Le mépris] de la société tout entière .

Que de mépris j’ai dû affronter : celui de ma famille, celui du « milieu », celui du client, celui de la société tout entière.

Erica, Prostitution et société, n° 101.

On est exclu de la société.

On est exclu de la société. Quand je pense à ces prostituées qui viennent nous dire à la télé que c’est un métier comme un autre ! 

Paule, Prostitution et société, n° 140.

[La société] nous a marquées d’infamie.

La société ne croit pas en nous. Elle ne croit pas dans notre désir de vivre autre chose que la prostitution. Elle ne croit pas dans nos possibilités. Elle nous a marquées d’infamie, une fois pour toutes.

Évelyne, Prostitution et société, n° 91.


Citations en miroir

Voici les autres articles déjà parus dans cette rubrique :


© 1996-2018 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact