dernière mise à jour ¬ 10/10/18 | mercredi 10 octobre 2018 | je m'abonne | sommaires

Sacrifiée… et livrée à n’importe qui.

Arthur Schnitzler, Nelly Arcan

août 2018, par Christine Laouénan

La prostitution constitue et a toujours constitué un thème privilégié de la littérature.
Aussi, nous a-t-il paru important de mettre en lumière la façon dont elle est dépeinte par les romanciers.
Dans cette rubrique, les citations littéraires sont mises en parallèle avec les témoignages actuels des personnes prostituées, comme des clients.
Une mise en perspective riche d’enseignements…

Je me sacrifie une fois, pas deux. Non, jamais, plus jamais.

Mademoiselle Else, Arthur Schnitzler, Étonnants classiques, Flammarion, 2011, p.100.

Qu’est-ce qui me reste, comme solution ? Pas le choix, je dois le faire, je dois faire tout ce qu’exige monsieur Von Dorsday pour que papa ait son argent demain, – pour qu’il n’aille pas en prison, pour qu’il ne se suicide pas. Et je vais m’exécuter. Et je vais le faire. Oui, je vais le faire, même si c’est en pure perte. Dans six mois, on en sera au même point qu’aujourd’hui ! Dans un mois ! – Mais ce ne sera plus mon problème. Je me sacrifie une fois, pas deux. Non, jamais, plus jamais. Voilà̀ ce que je dis à̀ papa dès que je rentre à Vienne.

Dans cette nouvelle de l’écrivain autrichien, Arthur Schnitzler, qui fut publiée en 1924, Else doit solliciter l’aide financière d’un certain M Von Dorsday pour porter secours à son père ; ce joueur invétéré est menacé de prison si, dans les quatre jours, il ne s’acquitte pas d’une certaine somme.
En retour, ce "bienfaiteur" aura une requête. Comme il le souligne : Tout a un prix dans ce monde, et celui qui fait cadeau de son argent quand il peut obtenir un cadeau en échange est un crétin fini . Sa requête sera de voir Else nue ; cette demande déclenche chez la jeune fille des sentiments contradictoires insupportables qui l’acculeront au suicide.

Sacrifiée… et livrée à n’importe qui.

Nelly Arcan, Putain, Seuil, 2002, p124.

Dans ce récit autobiographique, la romancière québécoise relate son passé d’escort girl pour payer ses études. Nelly Arcan s’est suicidée en 2009 à l’âge de 36 ans.

En tant qu’aînée, j’ai été la sacrifiée de la famille.

Mes frères et sœurs n’ont jamais su que j’étais prostituée, comme ils n’ont jamais su ce que j’avais subi durant mon enfance. Lorsque j’avais 4 ans, ma mère m’a vendue contre du charbon à un locataire de l’immeuble où nous habitions. En tant qu’aînée, j’ai été la sacrifiée de la famille (...). J’ai toujours continué à me taire et à me sacrifier. À l’époque où je travaillais dans les bars en Belgique, je donnais de l’argent à ma mère lorsque je rentrais le week-end. Elle s’en accommodait très bien. Je lui faisais beaucoup de cadeaux, ainsi qu’au fils de ma sœur (...). Moi, je ne me suis pas mariée et je n’ai jamais eu d’enfants. (...) Aujourd’hui, je suis toujours très en colère parce que je continue à servir les autres ; c’est mon destin.

Gisèle, Prostitution et société, n° 195.


Citations en miroir

Voici les autres articles déjà parus dans cette rubrique :


© 1996-2018 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact