dernière mise à jour ¬ 22/05/17 | lundi 22 mai 2017 | je m'abonne | sommaires

Comédie de Josiane Balasko

Cliente

2008

décembre 2008, par Muriel Lhermé

Effet pervers d’un féminisme mal compris ou plus sûrement provocation rentable, la femme d’âge mûr qui s’offre un "escort" est à la mode au cinéma ces dernières années.

Après Charlotte Rampling , cherchant « Vers le Sud » l’amour tarifé, voici Nathalie Baye, dans le rôle d’une femme d’affaires divorcée qui rencontre Marco/Patrick (Eric Caravaca), jeune prolétaire sexy, dans le « Cliente » de Josiane Balasko, adapté de son roman.

Marco/Patrick est marié à Fanny (Isabelle Carré) dont il est fou amoureux. Pour l’aider à payer les traites de son salon de coiffure, il en vient à « la prostitution de luxe » auprès de femmes riches et esseulées. Mais, il est si « gentil », si « charmant », et si reposant pour la femme d’affaires stressée qu’est Judith, que cette dernière s’attache à lui, jusqu’à envisager une liaison non tarifée.

On l’aura compris : même si le film réserve quelques moments d’authenticité, le jeu des acteurs aidant, il n’est qu’un empilement de scènes et de personnages convenus, jusqu’au dénouement. Celui-ci renvoie la cliente à sa solitude luxueuse de femme libre (sic) comme le commente la voix off, tandis que le prolétaire retourne à son H.L.M. et reprend sa vie de couple, presque comme si de rien n’était…

Sous couvert de renverser les tabous — c’est ainsi que le film est présenté complaisamment dans les média — il s’agit surtout de donner une vision confortable de la prostitution, où les enjeux financiers et de pouvoir sont vite dissimulés sous une sentimentalité « cache-sexe ».

P.-S.

Publié dans Prostitution et Société, Numéro 160 / janvier - mars 2008.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut