dernière mise à jour ¬ 22/05/17 | lundi 22 mai 2017 | je m'abonne | sommaires

Drame de Laurent Cantet

Vers le Sud

France, 2006

mars 2006, par Muriel Lhermé

Laurent Cantet est le réalisateur deRessources Humaines, un des rares films français contemporains à représenter et à interroger le monde du travail. Délaissant l’entreprise française, il va « vers le Sud » pour filmer d’autres rapports de force, ceux qui s’établissent entre des Américaines quinquagénaires et de jeunes Haïtiens pauvres et désœuvrés.

Le décor est vite planté : île ensoleillée, plage de sable fin, serveurs zélés, sur fond — lointain — de misère et de dictature : nous sommes à la fin des années 70. Toute une cour de jeunes gens gravite autour d’Ellen, jouée par Charlotte Rampling.

Parmi eux, Legba (Ménothy César) dont le silence et le corps athlétique focalisent les désirs d’une nouvelle arrivante, Brenda (Karen Young), qu’il éveille au plaisir. Ce silence de Legba — de prudence ou de mépris, on ne sait — est d’ailleurs mis en évidence par une absence, au niveau de la mise en scène : à l’inverse des héroïnes, Legba ne s’exprime pas, face à la caméra, dans un monologue explicatif.

Sous le regard tour à tour critique ou compatissant d’une troisième femme (porte-parole du réalisateur ?) la rivalité entre Brenda et Ellen tourne vite au conflit ouvert, jusqu’à ce qu’un dénouement abrupt renvoie chacune à sa solitude et à sa culpabilité, peut-être...

Si Laurent Cantet a eu, encore, l’audace de traiter d’un sujet rarement abordé, il n’a pas « osé » aller plus loin et dénoncer l’attitude néo-colonialiste à peine voilée de « bons sentiments » de ces touristes du sexe : Brenda offre une chemise « de luxe » à Legba tandis qu’Ellen veut lui acheter un passeport vers un Occident forcément désirable !

Cantet est resté sur les rives plus tranquilles d’une étude psychologique de la frustration sexuelle de ces héroïnes quinquagénaires ainsi que de leur confusion sentimentale : celles qui paient veulent être aimées pour elles-mêmes, et celui à qui on « offre des cadeaux quand on est trop timide » veut jouer le « mâle » qui choisit.

En somme, rien de nouveau sous le soleil, et les dernières images proclament crûment le désir, chez Brenda, d’aller chercher ailleurs, plus vers le Sud, d’autres supports passifs et tarifés à ses fantasmes !

P.-S.

Prostitution et Société numéro 152 / janvier - mars 2006.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut