dernière mise à jour ¬ 25/04/17 | mardi 25 avril 2017 | je m'abonne | sommaires

Gabrielle Houbre

Le livre des courtisanes. Archives secrètes de la police des mœurs 1860-1870

Tallandier, 2006

septembre 2007, par Claudine Legardinier

Voilà un gros ouvrage qui intéressera en priorité les historien-ne-s. Gabrielle Houbre a rassemblé les notices issues du registre des femmes soupçonnées de prostitution clandestine et fichées par les agents des Mœurs dans les années 1860-1870. Plus de 400 femmes, celles que l’on appelait les "cocottes", filles du peuple et femmes du monde, sont répertoriées.

On croise des demi-mondaines comme Blanche d’Antigny, l’une des inspiratrices de Zola pour le personnage de Nana, et beaucoup d’actrices, notamment Sarah Bernhardt. A travers le quotidien de ces femmes et leur représentation stéréotypée, se lit la présence envahissante de la police des mœurs.

Mais d’autres personnages apparaissent ici : des hommes.

Gabrielle Houbre montre que les registres policiers sont aussi destinés à alimenter des dossiers compromettants sur des personnalités du monde de la politique, de la diplomatie, de l’armée, du négoce et de la finance, de la haute fonction publique, des arts et spectacles, de la presse ...

On se demande d’ailleurs quel homme n’est pas à l’époque "client" des prostituées à voir la longue succession de noms de ministres, généraux, banquiers, hommes de lettres, artistes, industriels, princes et autres ducs.

Nul ne semble en réchapper, ni Napoléon III, ni Offenbach, ni Dumas fils. Une vision inhabituelle du Second Empire et des premières années de la Troisième République.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut