dernière mise à jour ¬ 06/10/17 | vendredi 6 octobre 2017 | je m'abonne | sommaires

Hubert / Kerascoët

Miss Pas Touche

2007, Dargaud, collection Poisson Pilote

juillet 2008, par Elise Guiraud

Miss Pas Touche offre le tour de force de proposer un contenu riche en émotions et une restitution de l’ambiance « années 30 » très réussie, sans jamais recourir à l’imagerie de pacotille généralement utilisée pour évoquer ce que certains ont appellé « l’âge d’or des bordels ».

Hubert — scénariste - et Kerascoët — un tandem de dessinateurs, Marie Pommepuy et Sébastien Cosset — signent des bandes dessinées représentatives de la nouvelle école française incarnée par Johan Sfar et Lewis Trondheim, avec lequel ces derniers ont collaboré par le passé.

Le trait, qui privilégie l’expression des sentiments au réalisme, vivifie le scénario d’Hubert, dynamiquement mené sur deux tomes.
Dans le Paris des années 30, Blanche, la « vierge du bordel », veut venger la mort de sa grande sœur, assassinée sous ses yeux par un tueur en série, « le Boucher des Guinguettes ».

JPEG - 21.4 ko
Du sang sur les mains
Miss Pas Touche, tome 2.

L’histoire quitte vite le genre policier pour entrer dans l’évocation d’un bordel « à l’ancienne », cadre de multiples épisodes de la vie quotidienne de Blanche, craintive mais déterminée, dans ce milieu qui est tout son contraire.

Miss Pas Touche offre le tour de force de proposer un contenu riche en émotions et une restitution de l’ambiance « années 30 » très réussie, sans jamais recourir à l’imagerie de pacotille généralement utilisée pour évoquer ce que certains ont appelé « l’âge d’or des bordels ».

Bien au contraire, aucune complaisance dans le portrait du « Pompadour », le bordel-type où Blanche cherche la trace du « Boucher ». Cette maison close fréquentée par le gratin — on y croise des préfets et des commissaires, des chirurgiens et des ambassadeurs... — est toujours présentée comme un lieu d’enfermement, une prison, un couvent d’un genre spécial, d’où les jeunes femmes prostituées ne s’échappent que lorsque la mère maquerelle les fiche dehors.

JPEG - 17.3 ko
Le Prince charmant
Miss Pas Touche, tome 3.

La drogue, la complicité de la police, les rivalités cruelles entre les « pensionnaires », la terreur de celles-ci devant la menace d’être déplacées dans un bordel d’abattage, quarante clients par soir à la chaîne, sont autant de rappels utiles de la réalité historique.

Cette Miss Pas Touche a d’autres mérites, mais le refus de piocher paresseusement dans le stock de clichés usagés n’en est pas le moindre.

P.-S.

Publié dans Prostitution et Société numéro 158.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut