dernière mise à jour ¬ 10/07/19 | mercredi 10 juillet 2019 | je m'abonne | sommaires

Spécial n°200 : survivantes et personnalités parlent du Mouvement du Nid

juin 2019, par redaction@prostitutionetsociete.fr

Elles et ils ont côtoyé le Mouvement du Nid, soit en tant que personne ayant connu la prostitution, soit en tant que partenaire dans l’action de terrain et de plaidoyer/sensibilisation, et partagent avec nous leur façon de voir l’association.

Najat Vallaud-Belkacem, ministre

"Lorsque j’étais élue locale en région et à Lyon, notamment en charge de la politique associative, j’ai rencontré tous les grands réseaux associatifs, travaillé avec eux, et mesuré toute la valeur de leur engagement dans la transformation de la société. Le Mouvement du Nid en faisait partie, avec une proximité toute particulière en raison de son implication historique auprès des prostituées lyonnaises dans les années 70, mais aussi de la force de ses convictions féministes."


Danielle Bousquet, ancienne députée

"En 2009 je présidais à l’Assemblée nationale une commission sur les violences de genre. Au cours de nombreuses auditions que nous avons organisées, est apparu le sujet de la prostitution. C’est le Mouvement du Nid qui l’abordait et en développait l’importance (...) à quel point le système prostitueur heurtait frontalement nos principes les plus fondamentaux tels que l’égalité entre les sexes et la lutte contre les violences de genre. (...) Avec Guy Geoffroy, député, nous nous sommes mis au travail sur la commission que j’ai réussi à faire créer sur la prostitution. En son sein, il est très vite apparu à tous que nos interlocuteurs du Mouvement du Nid étaient ceux qui nous permettaient de mieux situer les enjeux et d’avancer dans la connaissance de la terrible réalité du système prostitueur. (...) Notre compagnonnage avec le Nid a été de grande qualité : nous avons compris ce qu’était la violence extrême de la prostitution, nous avons réussi à abandonner nos idées toutes faites. (...)"

Philippe Scelles, Fondation Scelles

"Le Mouvement du Nid est un précurseur, une pépinière d’idées dotée d’une très bonne organisation. On lui doit notamment la création d’Abolition 2012, des prises de paroles importantes au sein des ministères. Dernière réussite en date, la QPC (question prioritaire de constitutionnalité) concernant la loi du 13 avril 2016. Je suis un ambassadeur du Mouvement du Nid ; j’estime en effet qu’il est important de faire la promotion d’une association qui fait du bon travail. Je l’ai connue il y a 30 ans dans le cadre de la Fédération abolitionniste internationale.

Rosen Hicher, mouvement des survivantes

"J’ai connu le Mouvement du Nid en 2009 sur un plateau de télévision, à l’occasion de la sortie de mon livre Rosen, une prostituée témoigne que je renie totalement aujourd’hui. Je n’étais pas encore sortie de la prostitution et j’étais pour la réouverture des maisons closes. Curieusement, quand on est dedans, on n’a pas conscience des dégâts occasionnés, des conséquences sur la santé, des violences subies. Dans ce débat, j’avais comme adversaire Claire du Mouvement du Nid et Jeanne Cordelier, l’autrice de La Dérobade. Claire m’a laissé sa carte. L’année suivante, j’ai arrêté la prostitution et pris conscience de ce que j’avais vécu. Et Claire m’a appelée pour me proposer une intervention à Bordeaux. Un renversement qui nous amuse aujourd’hui... Après 22 ans de prostitution, je me suis rendu compte que tout ce que défendait le Mouvement du Nid confortait exactement ce que j’avais vécu et ce que je pensais."


Guillaume Lescaux, procureur, TGI de Fontainebleau

"Confronté à une importante prostitution en forêt de Fontainebleau, j’ai découvert en 2016 que des bénévoles du Mouvement du Nid se rendaient au contact des femmes. En 2018, j’ai pu organiser une entrevue entre le commissaire de police, le délégué aux droits des femmes et ces bénévoles, ce qui m’a permis de coordonner les actions. Et c’est grâce au Mouvement du Nid que j’ai pu présenter en 2018 l’application concrète de la loi et la verbalisation des clients à l’Assemblée nationale ou dans un colloque à Dublin."

Hubert Dubois, documentariste

"Le Mouvement du Nid a eu pour moi un rôle de passeur. Et il a su être à la bonne distance. Pour mon projet sur les survivantes et mon travail d’enquête, il a eu l’intelligence de m’ouvrir des portes et de m’éclairer, mais sur la pointe des pieds, après que nous ayons établi des liens de confiance. Sur le fond, je le trouve en pointe pour le combat comme pour les idées."


© 1996-2019 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact