dernière mise à jour ¬ 17/04/19 | mercredi 17 avril 2019 | je m'abonne | sommaires

  • Les belles histoires de Tonton Robert

    par Isabelle Alonso
    Robert Badinter, qui s’était déjà illustré en 2002 en s’opposant farouchement à la pénalisation des « clients » de prostituéEs mineurEs, a récidivé devant la Commission Spéciale du Sénat qui l’a auditionné dans le cadre de l’examen de la proposition de loi sur le système prostitutionnel. Usant de sa stature, il s’est engagé plus que jamais dans une défense sans (...)
  • Lettre ouverte à mes prostitueurs

    par Tanja Rahm
    Cher acheteur de sexe... vous m’avez dit ce que vous aviez besoin d’entendre, pour préserver votre illusion, pour ne pas songer à la façon dont j’avais abouti là, à vingt ans.. Tanja Rahm, écrivaine, psychothérapeute et survivante de la prostitution, s’adresse d’une plume acerbe aux "clients" prostitueurs, les confronte à leur tartufferie. Cher acheteur (...)
  • L’ex président Carter s’engage en faveur du modèle suédois

    par Claudine Legardinier
    Le journal Ottawa Citizen a publié le 27 décembre 2013 un article signé de Jimmy Carter, président des États-Unis de 1977 à 1981 et fondateur du Carter Center, une association travaillant à la promotion des droits humains dans le monde. L’ex président démocrate y engage l’Etat canadien, qui doit réécrire ses textes sur la prostitution d’ici la fin 2014, (...)
  • Qui ne condamne pas une violence la cautionne

    par Jean-Louis Bevelaqua, militant du Mouvement du Nid
    En 2006, j’ai témoigné en tant qu’ancien « client » au moment où le Mouvement du Nid publiait son enquête sur ces acteurs de l’ombre. Sept ans après, je ne peux pas ne pas réagir devant les multiples appels à lutter contre la proposition de loi abolitionniste, lancés par des hommes, le plus souvent des membres du show-biz comme Frédéric Beigbeder ou (...)
  • Pénaliser les "clients", un risque pour la santé des personnes prostituées ?

    par Comité de rédaction
    Comment, au prétexte de protéger la santé de femmes victimes de violences sexistes, contribue-t-on au maintien de ces violences ? Au bout du compte, les bénéfices à court terme ont un prix exorbitant. Isabelle Gillette-Faye, sociologue et directrice du GAMS, dresse pour notre revue un parallèle éclairant avec les politiques de réduction des risques (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30


© 1996-2019 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact