dernière mise à jour ¬ 27/04/17 | jeudi 27 avril 2017 | je m'abonne | sommaires

Libre ou forcée ? Cocher la case correspondante !

mai 2006, par Comité de rédaction

En marge du Mondial de football 2006 et de la préparation par les proxénètes du "marché" de la prostitution appelé à exploser en cette occasion festive, le Conseil national des femmes, fédération d’associations féminines, a lancé en Allemagne la campagne "Carton rouge pour la prostitution forcée", relayée par la Commission des droits de la femme du Parlement Européen.

En clair, ces dames s’émeuvent du coup de pouce donné aux trafiquants, mais aucune ne voit de difficulté à ce que des proxénètes offrent à des clients, pour leur bon plaisir d’avant ou d’après match, une marchandise féminine au même titre qu’une caisse de bière.

Cette décision est révélatrice d’un malaise croissant. Enferrées dans leur ambiguïté – garantir aux clients leur sacro-saint "droit" aux femmes tout en prétendant lui donner des limites -, elles proposent – sans rire - d’apprendre à ces derniers à distinguer les prostituées libres des prostituées forcées !

Cette proposition est ubuesque. On se demande bien comment les clients vont s’y prendre. Devront-il parcourir les trottoirs avec un questionnaire ou présenter la preuve qu’ils sont en possession d’une licence de psycho ?

Jusqu’où faut-il être naïf pour penser que le client, qui achète dans la prostitution le droit à l’irresponsabilité, va se soucier de la personne qu’il paie ? Ce qui le motive est le fantasme : une fuite totale de la réalité, précisément.

Comme l’a montré notre enquête [1], il excelle, quels que soient ses actes, à construire un discours lui permettant d’être en règle avec sa conscience.

Jusqu’où ensuite faut-il être ignorant pour croire que les personnes prostituées échangent à cœur ouvert avec leurs clients ? La pratique quotidienne du terrain nous apprend que la première loi est pour elles de ne rien livrer à ces hommes d’elles-mêmes, de leur itinéraire, des raisons qui les ont amenées dans la prostitution. Simuler, dissimuler, sont des stratégies essentielles de mise à distance destinées à les protéger de cet agresseur potentiel. Les personnes prostituées ne se confient pas plus aux clients qu’à la police. Même méfiance, même distance.

Enfin, où se situe la limite entre la contrainte et la liberté ? Qui va la jauger, en décider ? Où commence la liberté ? Une maîtrise de philosophie devra au minimum accompagner la formation en psycho.
Laquelle est la plus libre ? Celle que son compagnon manipule, chantage à l’enfant aidant, pour la pousser dans la prostitution ? Celle qui a "choisi" par manque de perspectives une vie qu’elle supporte grâce à l’alcool ou au valium ? Celle qui, achetée et vendue par des proxénètes, n’est même pas choquée d’être l’objet de transactions financières et revendique sa liberté ? Celle qui se dit satisfaite de son sort parce que seul le déni des violences qu’elle subit lui permet de patienter dans une condition qu’elle veut croire transitoire ?

Les personnes qui en arrivent à la prostitution sont par définition celles qui se trouvent dans la situation la plus précaire, la plus vulnérable. Tout homme honnête, s’il prenait ses responsabilités, cesserait sur l’instant, ne serait-ce que dans le doute, d’exercer ce "droit" à l’exploitation sexuelle. Et toute femme engagée cesserait de couvrir ces agissements qui ouvrent la porte, au mieux à la violence et à l’inégalité, au pire à l’esclavage et à la barbarie.

P.-S.

Publié dans Prostitution et Société, numéro 152.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut