dernière mise à jour ¬ 17/02/17 | vendredi 17 février 2017 | je m'abonne | sommaires

Grenoble lance une campagne en direction des "clients"

juillet 2016, par Alexis Lauziet

Confrontée à une importante prostitution de rue, la mairie a décidé de ne pas la réduire à une question d’ordre public, refusant de prendre les classiques arrêtés d’interdiction. Des séances de médiation avec les habitants des quartiers concernés ont abouti, entre autres, à la réalisation d’une campagne de responsabilisation.

Ces affiches seront visibles à l’automne 2016 dans Grenoble, d’autant plus que la ville a libéré des espaces en supprimant les panneaux publicitaires privés. Des flyers seront également distribués, notamment dans les services sociaux et de santé.

Confrontée à une importante prostitution de rue, la mairie a décidé de ne pas la réduire à une question d’ordre public, refusant de prendre les classiques arrêtés d’interdiction. Elle ne l’a pas non plus cantonnée au seul souci du service de prévention de la délinquance mais a préféré engager le service de promotion de la santé.

Après des réunions de travail avec les associations l’Appart, l’Amicale du Nid et Zéromacho puis une sensibilisation des services grâce à un document conçu par
Zéromacho, la mayonnaise a pris. Ensuite, lors de séances de médiation avec les habitants des quartiers, l’Amicale du Nid et Zéromacho ont réalisé un travail pédagogique
en profondeur.

Si les riverains se sont d’abord montrés hostiles, pétris des représentations habituelles, ils ont peu à peu identifié les véritables nuisances : "clients" qui tournent en voiture, proxénètes...

Aux côtés de la représentante de l’Amicale du Nid de Grenoble, la présence d’un homme de Zéromacho a permis de répondre aux questionnements masculins sans créer d’oppositions homme/femme.

Les deux associations, qui ont engagé sur les affiches leur logo, ignorent quelles retombées aura cette campagne. Comment répondre à d’éventuels appels de "clients" ? L’Amicale songerait à les orienter vers l’association grenobloise Passible qui accueille les auteurs de violences conjugales.

Au delà, les deux associations aimeraient poursuivre le travail en organisant des formations pour les agents des services municipaux. Une affaire que l’on veut imaginer en bonne voie.

Ci-dessous, cliquez sur la vignette pour afficher le visuel en plus grand.

info portfolio

Grenoble / campagne "clients"

P.-S.

À lire également, l’interview d’Élisa Martin, première adjointe à la mairie de Grenoble.

Cet article est paru dans le numéro 189 de notre revue, Prostitution et Société. Pour nous soutenir et nous permettre de continuer à paraître, abonnez-vous !


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut