dernière mise à jour ¬ 30/03/17 | jeudi 30 mars 2017 | je m'abonne | sommaires

Numéro 187 / janvier - mars 2016 L'abolition, un enjeu majeur pour les droits des femmes

Numéro 187 / janvier - mars 2016
L’abolition, un enjeu majeur pour les droits des femmes

|

Éditorial

Le projet abolitionniste est déjà en marche

Il est bon, parfois, de se souvenir des ornières du passé pour mieux savourer les progrès du présent (...) les avancées de ces dix dernières années ne pourront être effacées. Elles sont le résultat du travail acharné de femmes et d’hommes politiques, de militantEs associatifs, de survivantes de la prostitution et de citoyenNEs. Nous tenons ici à les saluer, à les remercier mais aussi à les féliciter pour leur courage. Car il en fallait. Parfois, la ténacité paie.

Témoignage

Alice : C’est mon père qui a créé la prostituée que je suis devenue.


Alice l’analyse aujourd’hui avec une lucidité chèrement acquise : J’étais la proie idéale. Co-victime des violences conjugales commises par son père, malmenée et manipulée par ce dernier, elle a enduré plusieurs années de prostitution dans des "bars à champagne". Elle nous décrit les rouages du système...

Actu France

« Tous en marche », un demi-projet, des demi-mesures

"Tous en marche" est un projet-pilote lancé en décembre 2015 en Ile-de-France pour 3 ans, par Médecins du Monde et Les amis du Bus des Femmes. Il propose de bonnes pratiques (...) contre les violences faites aux travailleurs/euses du sexe. Si nous partageons le sentiment d’urgence, nous nous étonnons de la frilosité des mesures préconisées...

Actu Inter

Grande-Bretagne : la régression en marche

La municipalité de Leeds vient d’of cialiser un quartier réservé pour la prostitution de rue (à l’origine une simple expérience pilote de douze mois), créant ainsi le premier "Red light district" de Grande-Bretagne.

Japon : Femmes de réconfort, 70 années pour d’indispensables excuses


Elles ne sont plus que 46 survivantes, sur 200 000 victimes, qui auront vécu assez longtemps pour recevoir les excuses et le repentir du Premier ministre japonais, M. Shinzo Abe, pour leur enrôlement de force dans les bordels de l’armée impériale japonaise avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Rencontre

Marie-Thérèse Besson (Grande Loge Féminine de France) : L’abolitionnisme, un chemin d’humanisation de la société.

Éclairage

À Bogota, des femmes témoignent : Aucune d’entre nous ne veut être prostituée.


À l’heure actuelle, il est facile pour les hommes d’affaires d’ouvrir un bordel (bar à femmes, établissement de « divertissement »). (...) Si elle est adoptée, la nouvelle loi donnera un cadre juridique plus abouti aux exploitants du corps des femmes. (...) Le système ne profite qu’aux propriétaires des bars.

Points sur les i

Un défenseur des droits qui défend quels droits ?


Si l’on comprend bien, c’est donc une loi destinée à les protéger qui mettrait en danger les personnes prostituées. Cessant d’être poursuivies par la police, et donc en n en mesure de dénoncer leurs abuseurs, elles seraient davantage forcées d’accepter des pratiques qu’elles refusent. Étrange paradoxe dont on se demande bien sur quel fondement il repose.

Dossier

L’abolition, un enjeu majeur pour les droits des femmes

PDF - 1.5 Mo

À télécharger en cliquant sur la vignette ci-contre.
85 % de femmes prostituées sur 37 000 personnes concernées en France, près de 100 % d’hommes du côté des "clients"... La question posée par le système de la prostitution est bien celle de l’égalité entre les femmes et les hommes. Son abolition est une étape essentielle dans la longue marche des femmes pour la reconnaissance de leur statut de sujets à part entière : sujets d’action, de décision, de création, de parole et désormais sujets de désir.

Toutes sont concernées, toutes payent le prix d’un système séculaire fondé sur la violence et qui colore leur image et leur statut dans la société. Les mentalités ne sont pas encore totalement délivrées d’une conception faisant de la femme une propriété que l’on acquiert par contrat, juridiquement garantie aux hommes. Conservatoire des violences, des inégalités et des stéréotypes que la société prétend par ailleurs faire reculer, le système prostitueur est un fossile vivant.

Déboulonner cet archaïsme est donc un combat féministe inséparable de la lutte
contre le sexisme et le machisme, une étape décisive dans la progression vers la n de l’arraisonnement sexuel immémorial des femmes, comme l’ont été la criminalisation du viol puis du viol conjugal et la répression du harcèlement sexuel.

La violence prostitutionnelle sort de l’ombre, la parole de ses victimes se libère, comme précédemment celle des victimes de viols, d’inceste, de violences conjugales, de harcèlement sexuel... La naissance de mouvements de « Survivantes » en est une étape essentielle.

Après avoir travaillé à libérer la sexualité des violences et de l’ordre moral, reste à la délivrer de la loi du marché, nouvelle version de la contrainte. Les femmes ont mis des siècles à af rmer leur droit à disposer de leur corps, à l’arracher à l’autorité du père, du mari, du patron, de l’Église, de l’État. Il leur reste en toute logique à le retirer au consommateur.

Initiatives

Les actions du Mouvement du Nid - France et de ses délégations

Cultures

- Rhéa Jean, L’intime et le marché

- Muriel Salmona, Violences sexuelles. Les 40 questions-réponses
incontournables

- Hélène Beaurivage, Les yeux braguettes

- Manuela Timson, Mon secret dévoilé


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut