dernière mise à jour ¬ 18/07/18 | mercredi 18 juillet 2018 | je m'abonne | sommaires

Prostitution et Société n°195 La planète abolitionniste

Prostitution et Société n°195 La planète abolitionniste

|

Cliquez ici pour parcourir le numéro en ligne.

Sommaire

Edito

La planète abolitionniste a besoin de la France !

Témoignage

Gisèle : "la prostitution, c’est pire que si j’avais fait de la prison" !

Eclairage

  1. Prostitution des mineur·e·s : un film choc et après ?
  1. Lutte contre le proxénétisme sur Internet : ça bouge aux Etats-Unis, et en France ?
  2. Oxfam, les humanitaires et la prostitution

Les points sur les i

La loi de 2016 a gagné des partisans dans le monde entier

Actu France

Les 2 ans de la loi du 13 avril 2016

Rencontre

Noémie Renard, chercheure en biologie, autrice du blog Antisexisme et de "en finir avec la culture du viol"
La prostitution fait partie de la culture du viol

Dossier

La planète abolitionniste
En 2018, où en est la planète abolitionniste ?
Depuis la création de CAP international en octobre 2013, la coalition abolitionniste dont le Mouvement du Nid est un des membres fondateurs, beaucoup de choses ont changé sur la scène internationale.
L’échec patent du réglementarisme, obligé de pousser toujours plus loin sa logique absurde de « réduction des risques », de multiplier les « chartes éthiques » et les mesures législatives
pour tenter de contrôler un proxénétisme par ailleurs totalement dépénalisé, fait que peu d’états imaginent se tourner vers ce système.
Sur le plan législatif, des lois abolitionnistes ont été adoptées dans trois pays importants : le Canada, l’Irlande et la France. D’autres pays étudient cette voie et prennent mieux en compte la responsabilité de la demande dans le système prostitutionnel.
Pour autant, les lobbies pro-prostitution ne désarment pas, et ont trouvé dans certaines ONG de droits humains ou agences de l’ONU des relais puissants. L’essor de la traite des êtres humains à des fins de prostitution, commerce malheureusement très lucratif et facilité par Internet, l’émergence d’un vaste « marché mondial du sexe » nourri par la demande
des « clients » font peser une menace sur les femmes et enfants les plus vulnérables à l’exploitation sexuelle.
Face à ces pressions, les abolitionnistes s’organisent et agissent. L’ancrage de terrain et les campagnes de CAP international, le partenariat avec les autres coalitions abolitionnistes et le mouvement des Survivantes de la prostitution portent haut et fort la nécessité de s’attaquer à la demande, qui est la raison pour laquelle un grand « marché du sexe » mondialisé existe.

Initiatives

  • Le MDN auditionné lors des états généraux de la bioéthique
  • Du 24 mai au 3 juin, la marche des survivantes de la prostitution
  • Pornographie : imaginaires et réalités, une brochure pour ouvrir le débat
  • Colloque : Une nouvelle donne pour l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle
  • Un colloque européen co-organisé par CAP international et le Mouvement du Nid : comparaison européenne
  • Bruxelles : les jeunes femmes abolitionnistes serrent les rangs

Cultures

Zeromacho : des hommes disent NON à la prostitution !par Florence Montreynaud
Sands of Silence : waves of courage, de Chelo Alverez Stehle
Intouchables ? People, justice et impunité, par Yaël Mellul et Lise Bouvet
La part du ghetto, par Manon Quérouil-Bruneel et Malek Dehoune


© 1996-2018 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut