dernière mise à jour ¬ 17/11/17 | vendredi 17 novembre 2017 | je m'abonne | sommaires

Enfants prostitués : les obstacles à l’application de la loi

mars 2006, par Florence Hodan

Les lois extraterritoriales ont été une avancée majeure dans la lutte contre la prostitution des enfants liée au tourisme sexuel, pourtant elles ne sont guère appliquées.

Plusieurs obstacles apparaissent aujourd’hui clairement :

  • la nécessité de ne pas bafouer la présomption d’innocence, tout en sachant que la défense du « client » se base généralement sur le déni ;
  • la difficulté de prouver que le « client » savait avoir affaire à un-e mineur-e, qu’il ait promis une rémunération quelconque et qu’il y ait réellement eu infraction ;
  • la qualité des enquêtes, qui ne permettent pas toujours de lever ces doutes ;
  • le recueil et le crédit accordé à la parole du mineur, dont on a vu, avec l’affaire d’Outreau, à quel point elle peut être manipulée, ce qui ne manquera pas d’alimenter le système de défense des agresseurs à l’avenir ;
  • la corruption et l’ambivalence des autorités locales à l’égard de cette forme de criminalité ; même s’il ne faut pas systématiquement douter de leur réelle intention de poursuivre ces affaires, y compris localement.

Il faut enfin souligner que les mineur-e-s prostitué-e-s en France sont souvent des adolescent-e-s étranger-e-s, sans papiers. Le contexte actuel de chasse aux immigrés illégaux risque fort de leur porter préjudice.

P.-S.

Prostitution et Société n°152 / janvier - mars 2006.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut