dernière mise à jour ¬ 20/07/17 | jeudi 20 juillet 2017 | je m'abonne | sommaires

La prostitution, un combat pour les feministes allemandes

janvier 2007, par Comité de rédaction

De l’Allemagne, on retient surtout la légalisation de la prostitution et du proxénétisme et les images du bordel berlinois Artémis, ce McDo dont la marchandise en rayon est le corps des femmes. Il est donc réconfortant de savoir que des féministes, outre-Rhin, continuent envers et contre tout de se mobiliser contre cet esclavagisme prétendument aseptisé.

Ainsi, Emma, magazine politique des femmes fondé en 1977 par Alice Schwarzer, un des grands noms européens du féminisme, (auteure du fameux La petite différence et ses grandes conséquences et gratifiée à l’époque par le journal Bild du qualificatif de « sorcière »), a-t-elle placé la prostitution au centre de ses préoccupations pour le très beau numéro paru à l’occasion de ses trente ans.

Sous le titre « Die wahre Frau » (La marchandise femme), Emma secoue le cocotier de la béatitude allemande. A côté d’articles forts, dont une interview d’un commissaire de police qui réduit à néant la fallacieuse distinction entre prostitution "libre" et "forcée", notre collaboratrice Claudine Legardinier livre un long article présentant la position abolitionniste française.

L’article, traduit en allemand, intitulé : Prostitution, un retour en arrière pour les femmes, répond au désir du journal de montrer qu’il existe un autre point de vue sur le sujet que le point de vue allemand et à la volonté d’illustrer le fait qu’existent en France des associations bien vivantes, féministes et abolitionnistes, qui travaillent pour un monde sans prostitution.

L’ensemble du dossier apparaît comme une condamnation radicale de la loi de 2002 normalisant la prostitution comme un métier ordinaire et les proxénètes comme des chefs d’entreprise respectables ; une remise en cause sans concession du commerce de la personne humaine garanti par l’Etat.

Nous ne pouvons qu’applaudir nos amies allemandes, courageuses en pareil contexte de consensus mou. Il est vrai qu’Emma n’a jamais eu froid aux yeux. Toujours pionnières (1977, combat contre l’excision, 1978, première campagne contre la pornographie, 1979, mise en garde contre les dangers de l’islamisme fondamentaliste), les femmes d’Emma ont largement montré que leurs combats sont justes et que l’histoire leur donne raison.

P.-S.

Publié dans Prostitution et Société, Numéro 155 / octobre - décembre 2006.


© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut