dernière mise à jour ¬ 25/04/17 | mardi 25 avril 2017 | je m'abonne | sommaires

  • Rencontres / Vivre / Enfermement

    Paula : Dire non, c’est quelque chose qu’il faudrait apprendre très tôt.

    Paula a aujourd’hui une vie sereine, mais se dit marquée. Élevée par des parents qu’elle décrit comme handicapés de l’amour, elle passe très jeune sous la coupe d’un homme qui l’isole et la marginalise avant de l’envoyer au trottoir. Aujourd’hui, en repensant à l’incroyable emprise de cet homme, elle se trouve face à l’inexplicable. Dans ma famille, on ne (...)
  • Survivantes / Se reconstruire / Résister / Paroles / Enfermement / Manques

    Alice : C’est mon père qui a créé la prostituée que je suis devenue.

    Dotée d’une rage de pittbull, Alice a décidé de mettre un point final à un épisode de sa vie qu’elle assimile aujourd’hui à une entreprise de démolition. Elle témoigne, haut et fort, pour dénoncer le système. Et épingle tous les manques qui l’ont si longtemps abandonnée à son sort. Cinglant. J’ai connu trois bars en cinq ans. On a fermé les maisons closes (...)
  • Enfermement / Violences / Résister

    Clementina : Libre, mais pour faire quoi, pour aller où ?

    Clémentina a été reconnue victime de la traite des êtres humains. Enlevée dans son pays, l’Albanie, par un réseau, elle a tout subi : les pires violences des proxénètes et des « clients » puis l’indifférence d’une société qui n’a pas prévu les moyens nécessaires pour l’aider à se reconstruire. C’est le Mouvement du Nid qui a tout mis en œuvre pour lui permettre (...)
  • Enfermement / Se reconstruire

    Carole : Toutes les violences subies polluent ma vie.

    Après avoir passé trois ans dans la prostitution et les bars à champagne de Belgique, Carole est hantée par ce qu’elle a vécu. Loin des images branchées et libertaires des médias, elle décrit un système fondé sur la violence, le racket, le racisme, la dépossession de soi. Son sentiment ? Celui d’avoir passé ces années enfermée dans une cave. J’étais chef (...)
  • Enfermement / Solitude / Manques

    Julie : Une vie de sans-papiers dans mon propre pays.

    Julie était secrétaire. Une séparation, un surendettement, deux enfants à élever… Elle est devenue « escorte » sur Internet. Elle dit son irrépressible envie de témoigner, « mais à visage caché, bien obligée ». Condamnée à la clandestinité et à une solitude sans nom, elle décrit l’indifférence de sa famille et des hommes qui l’exploitent, et l’abandon des (...)
  • Enfermement / Résister / Violences

    Caroline : Ils utilisent les techniques des gourous : c’est comme une secte

    En 2008, la délégation du Mouvement du Nid du Gard a accompagné une jeune femme prostituée dans un réseau sado-masochiste. Ce soutien a été déterminant puisqu’il lui a donné le courage de porter plainte contre son proxénète. Un procès a eu lieu en octobre 2011, qui a mis en lumière les pratiques terrifiantes du milieu du « BDSM ». Caroline , l’une des (...)
  • Solitude / Violences / Enfermement

    Anne : Sortir des sables mouvants

    Nous avons reçu ce témoignage par courriel. Nous le livrons tel qu’il nous a été transmis, avec la promesse faite à son auteure d’un anonymat absolu. Avant-propos : le poison du silence La honte : cet étrange silence des blessés de l’âme comme l’appelle le psychiatre Boris Cyrulnik ; ce sentiment poison qui pèse sur l’agressée et non sur l’agresseur… (...)
  • Résister / Enfermement / Prévention

    Fiona, 2/2 : Dans le milieu tout le monde se tait.

    En onze mois, j’ai connu sept établissements. C’était en Belgique, à la frontière française. Il y a une route avec 45 bars, à vingt minutes de Lille. La première fois, c’est lui1 qui m’a amenée. Quand on va dans un bordel, on arrive avec tous ses bagages. Là, on vous fait miroiter les bons points : le salon à UV, la cuisine de la patronne, les jacuzzi. La (...)
  • Paroles / Enfermement / Violences

    Fiona, 1/2 : Le mec paye, il fait ce qu’il veut

    À voir également : Fiona : un témoignage lu par la comédienne Éva Darlan Quand je sors dans la rue, j’ai l’impression que c’est écrit sur mon front ; que les gens me regardent parce qu’ils savent. Dans la rue, on regarde les handicapés d’une certaine façon. Moi, c’est la même chose ; on ne me regarde pas comme on regarderait n’importe qui. J’ai peur de (...)
  • Se reconstruire / Prévention / Enfermement / Illusions

    T., étudiant : Aucun étudiant sain d’esprit ne se prostitue par plaisir.

    T. a connu le trottoir il y a quatre ans. Puis la prostitution à domicile. Il avait 18 ans. Cette expérience a été cruciale pour lui, on peut même dire traumatisante. Il nous a contactés pour témoigner, avec hésitation d’abord, rage ensuite, envie de tout arrêter pour finir. Dire n’est pas facile. Même dans l’anonymat. T. en est l’exemple vivant et (...)
  • Rencontres / Enfermement

    Naïma : J’ai le sentiment que les clients préfèrent celles qui sont en pleine détresse...

    À 16 ans, mon père a découvert que j’avais un flirt. Il m’a menacée avec une arme. Je me souviens de ses mots : Je ne suis pas venu en France pour que tu deviennes une pute. Je suis partie à 18 ans et j’ai trouvé un CDI à temps partiel aux Galeries Lafayette. Je me suis mise à faire les annonces de bars dans les journaux gratuits. J’avais l’image du (...)
  • Enfermement / Vivre

    Alicia : J’ai horreur de ce mot, pute. C’est terrible, ce qu’il est lourd à porter...

    Quand j’ai divorcé, j’avais 150 000 francs de dettes et le RMI. Un ami kiné m’avait enseigné le massage, j’ai répondu à l’annonce d’un sauna qui cherchait une masseuse. On n’avait pas le droit de toucher le sexe. Le patron surveillait ; c’était très strict, il avait peur de tomber pour proxénétisme. Il a fallu que je parte au bout de six mois parce que les (...)
  • Peurs / Enfermement / Se reconstruire

    Laldja : "On est une cible"

    Il. Jamais Laldja n’a prononcé le nom de celui dont elle dit : je voudrais qu’il ne soit plus vivant. Son obsession ? Que d’autres jeunes femmes ne tombent pas dans le piège. C’est la raison qui l’a poussée à porter plainte et à témoigner. Tout a commencé en 1991. Laldja avait 20 ans. Elle tenait une pâtisserie en Tunisie, à Nabeul. Son rêve ? Voyager. (...)
  • Enfermement / Résister / Violences

    Raïssa : Les clients ? Je ne veux plus jamais en parler. Plus jamais y penser.

    Je suis arrivée en France au mois de mai. Là-bas, en Albanie, je suis allée à l’école jusqu’à 12 ans. Je n’ai pas eu de parents, c’est ma grand-mère qui m’a élevée. Je n’avais qu’elle et ma tante. À 12 ans, on m’a mariée avec un homme de presque 30 ans. Je ne l’avais jamais vu, personne ne m’a demandé mon avis. En Albanie, ce sont les hommes qui décident. J’ai (...)
  • Se reconstruire / Enfermement

    Adriana : Je suis contente parce que je suis vivante.

    Je suis arrivée en France en 1997. J’avais 16 ans. Avant, je vivais chez mes parents, en Albanie, à Tirana. J’étudiais l’anglais dans une école professionnelle. À 14 ans, j’étais d’ailleurs allée passer un an en Angleterre. À 16 ans, j’ai rencontré un jeune homme. L’Albanie s’était un peu ouverte, mais malgré tout je ne pouvais pas parler de cette relation (...)
  • Manques / Enfermement / Résister / Prévention

    Paule : Ce qui me dégoûte, c’est tous ces gens qui sont pour la prostitution à condition que ce soit pour les autres !

    Paule a commencé à se prostituer à 20 ans. Plusieurs années après, elle a pu arrêter. Mais à quel prix... Histoire d’une vie. J’ai commencé il y a vingt ans, dans un bar cher, avec une clientèle de médecins, de profs, mais aussi de curés en soutane et un homme politique connu. J’ai aussi travaillé dans un bar montant, avec Monsieur Tout-le-Monde : des (...)
  • Enfermement

    Mylène, « prostituée de luxe »

    Jadis « hôtesse » en Allemagne, prostituée dite « de luxe », Mylène fait encore des cauchemars à l’idée d’en parler. « C’était avant la chute du mur de Berlin. À 23 ans, je suis partie en Allemagne. Là-bas, j’ai rencontré un homme qui avait le démon du jeu. Je lui ai signé des chèques en blanc et je me suis retrouvée avec un découvert faramineux. Curieusement, (...)
  • Résister / Enfermement

    Monika : Les clients, on leur dit les choses qu’ils ont envie d’entendre

    Monika est française. Elle a été placée en foyer à l’âge de 14 ans et a fait une tentative de suicide. Endettée, elle s’est liée d’amitié avec une voisine, Mona, qui lui fait rencontrer la gérante d’un bar. Cette femme est allée payer mon loyer au propriétaire. (...) Le soir même, elle m’emmenait en Belgique. Je suis arrivée, elle m’a dit « voilà ta chambre (...)

© 1996-2017 Prostitution et Société | S'abonnerNuméros antérieursMentions Légales | Aide | Contact

Haut